Bernard Maris

marxomarx

  commander  amz 1 


Le livre : Ceci n'est pas une B-D, mais Bernard Maris est décédé sous la balles avec ses amis le 7 Janvier 2015 à l’âge de 68 ans. Son dernier livre qui paraîtra sous peu chez Grasset a un titre émouvant et encourageant : "Et si on aimait la France ? " Bernard Maris est décédé sous la balles avec ses amis le 7 Janvier 2015 à l’âge de 68 ans. Son dernier livre qui paraîtra sous peu chez Grasset a un titre émouvant et encourageant : "Et si on aimait la France ? "

Marx a tout expliqué, tout analysé à la perfection. Mais il s’est complètement trompé sur ses conclusions ! La plus-value, la loi de la concentration, la mondialisation : tout est lumineux, tout est parfaitement actuel.

Acheter
achat amz
Mais le capitalisme n’accouche de rien, sinon d’une société cynique et désabusée, tournant sur elle-même dans un univers saccagé sous le fouet du marché. Le communisme, lui, n’est qu’un christianisme athée, une rédemption des humbles, une version de l’Evangile où l’argent, après avoir remplacé Dieu, serait à son tour aboli par la fraternité. Marx est mort, et le socialisme aussi ! Nous pouvons enfin penser le monde !
Après une analyse très pédagogique de la pensée économique de Marx, Bernard Maris montre l’impasse définitive où conduisent ces théories remarquables autant qu’impuissantes, et donne des clefs pour analyser la mondialisation... Et pour envisager un au-delà du capitalisme.


Bernard Maris : Il a publié de nombreux ouvrages d’économie, L'Enfant qui voulait être muet et Lettre aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles, ainsi que des romans - Le Journal. Professeur d’université en France et aux Etats-Unis, il animait la page économie de Charlie-Hebdo, sous le nom d’Oncle Bernard. Doté en 1995 du titre de meilleur économiste, connu par des ouvrages comme Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles, Ah Dieu ! Que la Guerre économique est jolie ou encore La Bourse ou la vie, l’économie qu’il révèle et que nous vivons nous permet de réfléchir à un au-delà de l’horreur économique ".